On arrête de montrer du doigt !


Je ne sais pas vous mais personnellement, je commence à être fatigué de voir aux informations « la recherche du coupable ».

Mon fils est tombé en vélo dans la cour ? Les feuilles de l’arbre de mon voisin sont tombées dans mon jardin ? Je ne gagne pas 10 000 euros par mois ? J’aimerais allé au ski tous les ans ?

Que s’est-il passé en quelques années ?

Nous sommes passés de gens (presque) normaux à gros enfants gâtés qui n’assument rien et cherchent en permanence des coupables.

Sans solutions à nos préoccupations, on dépense une énergie folle à trouver un bonnet d’âne ! à ouvrir le frigo de l’autre pour trouver sa solution à SON problème.

On n’assume rien mais par contre, qu’est-ce que l’on peut montrer du doigt !

On a perdu avec le temps d’être courageux face à l’adversité de la vie.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille et très souvent, on subit les conséquences de la manière dont on l’a malmenée. Parfois, ce n’est pas de chance et j’aurais bien aimé que ce soit sur ce point que l’on passe le plus d’énergie.

Les enfants des pays pauvres n’ont pas eu de chance de naître dans une famille qui vit dans un pays où la famine, ou le taux d’alphabétisation est peu élevé.

Nous, bien ronds et bien portants, ultra informés, ultra gâtés, … trouvons toujours du temps pour nous plaindre, râler, montrer du doigt le voisin, le riche, l’homme politique, …

Vous ne trouvez pas ça pénible ?

Quel que soit le sujet, quelqu’un va lever le doigt pour dire qu’il n’est pas d’accord.

Vous pensez que c’est de la liberté d’expression ?

Ou un manque de bon sens de parler lorsqu’il n’y a rien à dire – et le plus souvent à assumer – pour que collectivement on avance tous ensemble, sans que toutes les 5 minutes, quelqu’un lève le doigt.

Pouvons-nous éduquer nos enfants à serrer un peu les dents, à être courageux et lui apprendre que c’est dans l’effort et le courage que l’on avance, pas dans la délation ni dans le « râlouillage » professionnel ?

Les enfants des pays pauvres nous regardent avec désespoir avec dans leur regard la même chose : « Ils ont tout et pourtant, ils ne sont toujours pas contents ».

Pourquoi ne pas prendre le temps pendant ces fêtes pour y réfléchir, donner de bonnes valeurs à notre enfant et en discuter avec notre entourage.

Bon courage pour les débats. (DJ)

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2023 by Mums Tums and babies. Proudly created with Grhome 

Rejoignez-nous
  • Facebook